paillage_des_vegetaux_a_la_main

Le paillage des végétaux, entre avantages et matériaux


Le paillage consiste à couvrir les pieds de végétaux par un lit de matériaux organiques, appelé le paillis, pour les protéger et les nourrir. Cette technique, bien connue des jardiniers, est particulièrement avantageuse par son aspect 100 % naturel et sa facilité de mise en œuvre.

Quels matériaux utiliser pour le paillage des végétaux ?

Un grand nombre de composants naturels peuvent être recyclés en tant que paillis. On compte bien évidemment les matières végétales, telles que les tontes de gazon, les copeaux de bois ou les feuilles mortes, qui conviendront toutes à un végétal différent en fonction de leur temps de dégradation. Ainsi, les plantes pérennes préféreront un paillis à longue durée, tandis que les matériaux se dégradant rapidement seront plus adaptés aux plants saisonniers.

Il est également tout à fait possible de réemployer les coques de fruits et les coquilles d'huîtres ou d’œufs pour compléter ce travail. Ce type de paillage est extrêmement simple à réaliser – il suffit de ne pas jeter ces déchets organiques – et ne coûte rien, à l'instar du précédent.

Les paillis minéraux, eux, ont un temps de dégradation extrêmement long et ont de bonnes capacités de réchauffement, raison pour laquelle on préférera les répandre au pied des plantes appréciant la chaleur. Enfin, les paillis textiles, quant à eux, s'ils restent fonctionnels, sont loin de participer à l'esthétique du jardin, et brisent le côté naturel qu'il peut avoir.

Une technique truffée d'atouts

Le paillage des végétaux s'applique aussi bien pour les plants d'un potager que pour ceux d'un verger, au pied d'arbres ou de haies, et même dans les plantes en pot. Véritable instrument du bien-être de votre jardin, il permet à l'ensemble de votre végétation de profiter de nombreux avantages, parmi lesquels on comptera les suivants :

  • Il conserve l'humidité dans le sol en réduisant par 3 l'évaporation de l'eau. Il évite donc aux plants de sécher et réduit la quantité d'eau dont il faut les arroser.

  • Il régule la température du sol, maintenant une certaine fraîcheur en été et conservant la chaleur lorsque les températures baissent.

  • Il empêche les mauvaises herbes de pousser, réduisant donc nettement le travail de désherbage et évitant le recours aux produits chimiques.

  • Il crée une niche de biodiversité qui abrite les insectes en hiver, les insectes – ô combien utiles au jardin – ne s'installant pas sur un sol nu.

  • Il enrichit le sol en composants biodégradables, qui améliorent la fertilité du sol.

  • Il accélère la croissance des végétaux en réfléchissant les rayons solaires vers les feuilles des plants, en atténuant leur stress et en évitant la dissémination de champignons néfastes à leur pied.